Le VERDON, la Mecque de l'escalade rocheuse. Falaises mythiques, les gorges du Verdon ne sont plus à présenter. Offrant des voies de plus de 350 mètres, le verdon coule paisiblement environ 800 mètres plus bas. Sensations garanties.

 

 

 Le nouveau Topo de Marc CHALIER & Gérard MONNERON

" Escalades dans le massif du SANCY".

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les chemins de petite randonnée, cliquez sur le logo!

La RANCUNE, la Mecque de l'escalade Auvergnate. Une dent d'une centaine de mètres de hauteur, offrant des voies engagées et équipées pour la plupart à demeure. Cette falaise est la référence en Auvergne. Elle se situe en plein milieu de l'auge glaciaire de la vallée de Chaudefour, dans la Réserve Naturelle du même nom.  Elle offre des voies allant de la cotation 5C avec un pas de 6A, pour la voie normale, jusqu'aux cotations dépassant le 7C pour certaines, notamment pour celles situées en face Nord.

 

Cliquez sur le grimpeur au pull rouge!

 

Cliquez sur le tire-cul!

 Montagnes-coup-gueule-du-president-moutain-wilderness-contre-politique-laurent-wauquiez .

La Réserve Nationale Naturelle de la Jaquette. Cliquez sur la falaise!
 
Epeire feuille de chêne-Tourbière de la Barthe-Sancy
Tourbière de GAYME - Picherande - Sancy

La région Auvergne et ses espaces de moyenne montagne est très riche en espaces en eau, notamment sur le massif de l'Artense, situé à l'Ouest du Sancy, entre Sancy et Cantal. On peut dénombrer environ 370 tourbières, toutes avec leurs cortèges de  spécificités. Le Parc des volcans en compte à lui seul, environ 133 et les plus belles sont principalement situées sur la région Artense, elles sont au nombre d'une soixantaine.

Actuellement elles ne sont pas toutes classées en "Réserve Naturelle" et sont souvent situées sur des domaines privés. Seule la sagne de la Godivelle est classée en Réserve Naturelle (ce n'est pas pour moi la tourbière la plus intéressante de la région). Toutes sont référencées en "ZNIEF" zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique.

 

quand vous pénétrez sur une tourbière, vous posez les pas dans une zone bien souvent décriée où l'homme dans des temps anciens a souvent éprouvé un sentiment d'hostilité (milieux peu rassurant, porteur de maladies comme la "malaria", peu fertile et propice aux accidents, disparition d'animaux et j'en passe...).

Cette perception des choses a conduit l'homme à détruire en partie ces milieux uniques qui heureusement de nos jours, attirent d'autres regards et intérêts. Une tourbière est un écosystème complexe et particulier, où se développe principalement des plantes dites hygrophytes (spécifiques au milieux aquatique).

LA FORMATION D'UNE TOURBIERE en MOYENNE MONTAGNE.

Sur ce graphique que j'ai réalisé, vous pouvez voir la longue formation d'une tourbière au fil du temps et sur des milliers d'années.

 

Pour qu'une tourbière se constitue, deux conditions doivent être réunies.

La première: il faut que la production de matière organique soit supérieure à la décomposition.

La deuxième: il faut que la présence d'eau soit suffisante en permanence pour éviter le processus d'évapotranspiration des végétaux.

 

En fait, l'eau reste le facteur le plus important dans la genèse d'une tourbière.

 

Pour que la production de matière organique soit supérieure à la décomposition, il faut que l'eau stagnante soit un milieu asphyxiant, c'est à dire, presque totalement dépourvu d'oxygène. Cette particularité joue un rôle essentiel dans le phénomène biochimique de la dégradation des plantes (Sphaignes) et le réduit à sa plus simple expression. De plus, l'eau de la tourbière est souvent acide, ce qui lui confère encore un facteur limitant dans la décomposition des plantes.

 

 L'ORIGINE DANS LE TEMPS:  Il y a 12000 ans (le Würm), la glaciation prenait fin. L'action des glaciers allait bouleverser le paysage des massifs Auvergnats. Sur tous les substrats, la glace a usé et poli, mais aussi creusé et ouvert de profonde vallées, ainsi que de profondes dépressions où l'eau de fonte s'est retrouvée prisonnière du relief. Les produits de cette érosion ont tapissé le fond de ces cuvettes le rendant fortement imperméable.

 

Les conditions de pluviosité et de température ont favorisé la colonisation de ces retenues d'eau, par des plantes particulières tel-que : les Carex, Prêle, Callune, Molinie, puis par des arbrisseaux, comme l'Aulne, le bouleau, et les Saules).

 

La colonisation de ces espaces en eau, s'effectue, des bords, vers le centre en formant des ceintures de végétation, formées de plantes demeurant au niveau de l'eau (voir le dessin plus haut).

 

Les premières ceintures de végétation sont formées de Carex en grosses touffes, appelées "TOURADONS". Ensuite, apparaissent les mousses (les SPHAIGNES), qui colonisent l'espace en eau en s'implantant sur les plantes à long rizhomes et ainsi forment des tapis de végétations flottant et progressant en surface.

Les Sphaignes, Famille des "Sphargnacées" ont une croissance très lente et limitée. L'accumulation de leur matière non décomposée dans l'ambiance particulièrement acide des tourbières, forme la tourbe. Cette plante est voisine des mousses. Les Sphaignes ont la particularité de pouvoir absorber (contenir) jusqu'à 40 fois leur poids en eau.

LES CARNIVORES...

Genre DROSERA à feuilles longues. Longifolia

Drosera intermédiaire - Droseracées - Rossolis intermédiaire.

Répartition Auvergnate: à l'Ouest de l'Auvergne, dans le Cantal, principalement sur L'Artense et à l'Est, sur le massif du Cézaliers.

Ecologie: implantée aux bords des gouilles en eau, sur la partrie Orientale de la PIGNOLE, une partie de l'année.

Particularité de cette Rossolis, est de préférer s'implanter sur support de tourbe nue.

Plante Âcre et caustique.

Cette plante carnivore se maintient assez bien dans le secteur des tourbières de l'Artense en moyenne montagne.

Espèce pouvant être confondue avec DROSERA Longifolia - Rossolis à feuilles longues.

Longifolia possède une ampe florale, partant normalement du centre de la rosette, tandis que Intermédia, possède un axe florale incéré latéralement de la rosette.

Particularité: Longifolia est seulement observée sur une seule station dans le massif volcanique du Velay, à 1000 m d'altitude environ.

 

Toutes les plantes carnivores observées sur l'Artense et sur les massifs montagneux du massif central, vivent sur les espaces (écosystèmes), où l'eau est présente en permanence.

Pinguicula, Utricularia et Drosera, sur les abords et tremblans des tourbières.

Pinguicula et Drosera, sur les zones humides de moyenne montagne.

 

Le genre DROSERA, compte 171 espèces communes, sur l'ensemble du globe.

DROSERA à feuilles rondes. La Drosera, comme d'autres plantes carnivores, puise à l'aide de ses racines l'eau près des Sphaignes. Etablie sur un sol très pauvre en minéraux, elle va compenser ses carences en utilisant ses feuilles très particulières. Elle possède un système de capture complexe. Ses tentacules de couleur rouge, dans un premier temps, favorisent l'attrait pour les insectes et les attirent. L'insecte, une fois posé sur ses feuilles est capturé grâce à un produit gluant et très collant (qui est en fait, une enzyme la "pepsine"). Ce produit lui permet dans un premier temps, à paralyser le système respiratoire de l'insecte et ensuite de le digérer en une heure environ. Une fois l'insecte digéré et dépourvu de tout intérêt pour la plante, les feuilles s'ouvrent de nouveaux et les restes de l'insecte sont ainsi évacués de la plante.

Elle est de nouveau apte à la capture d'un nouvel insecte. En grand nombre sur les coussins de Sphaignes, vivantes ou mortes, elle apprécie les fortes expositions au soleil. Cette plante a un diamètre de 2 à 5 cm et la teinte rouge de ses feuilles est favorisée par ce fort ensoleillement.

La floraison a lieu en Juin et ses fleurs au nombre de 3 à 10, sont implantées sur une tige centrale, d'une hauteur d'environ 5 à 15cm. Pour observer l'ouverture des fleurs, il vous faudra privilégier la fin de la matinée (vers midi par exemple).

 

DROSERA  et ("UTRICULARIA" Australis s'observant à la tourbière de la PIGNOLE, Lac du pêcher), sont les plantes carnivores en plus grand nombre sur notre planète. Charles DARWIN démontra que ces plantes étaient carnivores.

 

 

UTRICULARIA: genre  de plante carnivore, qui ne possède pas grand chose pour attirer le regard. En effet, cette plante flottant dans l'eau, ne possède pas de couleur vive, comme Drosera, et souvent attire le regard de celle ou celui qui la recherche...

Le nom Latin "UTRICULAIRE" en Français se réfère aux minuscules utricules ayant une forme de petits sacs, implantés en très grand nombre sur la plante. Ces "outres" servent à aspirer les très petites proies en suspension dans l'eau.

"La botaniste américaine Mary TREAT, a été la première à comprendre que les outres de la plante étaient en fait des pièges à aspiration. Charles DARWIN, permit de confirmer sa découverte et les connaissances sur ce genre.

 

 

 

 

 

 

Tourbière de la BARTHE - Sancy

Les Sphaignes continuent à coloniser l'espace en eau, jusqu'au comblement de la cuvette. En surface, seulement la partie vivante de la mousse est visible, dessous, la partie de couleur jaune brunâtre, sans odeur particulière, imbibée d'eau, représente les sphaignes et d'autres végétaux mortifiés sur eux-mêmes. On appelle cette phase "le bombage". On dit que la tourbière arrive à sa maturité.

 

Tourbière de la Pignole-Cantal.

Dynamique d'une tourbière.

C: Eau libre

B: Sphaignes - Trèfle d'eau & Comaret des marais

A: molinies & Callunes

D: Zone de Carex et pelouse à Nard

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© 2003-2017-Christian Barbier -SOUS L’ŒIL DES VAUTOURS- tous droits réservés. Toutes les images de ce Site, sont protégées par les lois internationales sur les droits d'auteur. La copie totale ou partielle, ainsi que l'utilisation des photos est interdite sans autorisation écrite de l'auteur.