Le VERDON, la Mecque de l'escalade rocheuse. Falaises mythiques, les gorges du Verdon ne sont plus à présenter. Offrant des voies de plus de 350 mètres, le verdon coule paisiblement environ 800 mètres plus bas. Sensations garanties.

 

 

 Le nouveau Topo de Marc CHALIER & Gérard MONNERON

" Escalades dans le massif du SANCY".

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les chemins de petite randonnée, cliquez sur le logo!

La RANCUNE, la Mecque de l'escalade Auvergnate. Une dent d'une centaine de mètres de hauteur, offrant des voies engagées et équipées pour la plupart à demeure. Cette falaise est la référence en Auvergne. Elle se situe en plein milieu de l'auge glaciaire de la vallée de Chaudefour, dans la Réserve Naturelle du même nom.  Elle offre des voies allant de la cotation 5C avec un pas de 6A, pour la voie normale, jusqu'aux cotations dépassant le 7C pour certaines, notamment pour celles situées en face Nord.

 

Cliquez sur le grimpeur au pull rouge!

 

Cliquez sur le tire-cul!

 Montagnes-coup-gueule-du-president-moutain-wilderness-contre-politique-laurent-wauquiez .

La Réserve Nationale Naturelle de la Jaquette. Cliquez sur la falaise!
 

Une araignée pas comme les autres...

Cette magnifique araignée est emblématique des milieux humides, tel les bas-marais, les prairies humides d'altitude et les tourbières de moyenne montagne. reconnaissable à ses deux bandes de couleur blanche, partant de son céphalothorax et se poursuivant jusqu'au bas de son abdomen, elle ne passe pas inaperçue, quand on a la chance d'en croiser une. Si l'on s'approche un peu de la bête, on remarquera ses huit petites tâches (sigilles) blanche posées savament sur le haut de son abdomen, et sa forme particulière, faisant penser à une belle "carrosserie". Oui, cette araignée avec quelques-unes, est en fait, un peu  "le graal ", du naturaliste, passionné des milieux des tourbières de l'Artense.

 

D'une taille relativement honorable à l'âge adulte (2 à 3,5 cm), et plus, avec les pattes, elle domine en maître sur la surface de l'eau. "Prédateur incontesté", elle n'hésite pas à pénétrer dans l'eau en s'aidant des tiges des plantes aquatiques, pour atteindre et attraper certaines proies, comme les alvins, , les tétards et bien d'autres larves de tous poils.

Son régime alimentaire: il est composé de larves d'insectes aquatiques, mais aussi de petits poissons, comme je le dis plus haut, elle chasse aussi hors de l'eau et passe la majorité de son temps à l'affût, souvent immobile sur un territoire qu'elle aura choisi, selon la période et au fil de ses différentes mues. Pour cela, il lui arrive de se dissimuler sur une feuille et de se servir de ses pattes comme appât, en les bougeant sur la surface de l'eau, et ainsi attirer ses futures victimes.

Ses huit pattes de très grosse taille et ses poils hydrofuges à l'extrémité de ses tarses, lui permettent de se déplacer sur la surface de l'eau extrêmement rapidement, pour atteindre ses proies dans la fraction de seconde, ne leur laissant ainsi, aucune chance de lui échapper.

 

Après la reproduction, avec un  mâle bien plus petit qu'elle, la femelle tisse un cocon de soie parfaitement sphérique dans lequel elle pondra de 600 à 1000 oeufs en deux ou trois pontes, à la fin du printemps  et en été. Elle n'aura que de cesse de promener son cocon en le trempant de temps à autres dans l'eau, pour éviter qu'il s'assèche et ainsi maintenir ses araignons au frais en assurant à son cocon, une humidité constante, ainsi, elle  veillera au grain pour protéger sa progéniture.

Puis, après plusieurs semaine, elle tissera, comme sa "cousine" la "Pisaura mirabilis", une cloche (toile nourrice) de plusieurs épaisseurs de soie. Cette cloche servira à abriter sa progéniture en servant de pouponnière. Dès la période de l'émergence pour les araignons, ils ne tarderont pas à ce disperser et suivront si ils ne sont pas mangés à leur tour, par des congénères des victimes de la mère, devenue à leur tour des prédateurs sans scrupule... Ainsi va la vie dans les tourbières.

Devant la dimension très volumineuse de son cocon, madame se prend pour un "petit rat de l'opéra", et est obligée de marcher sur la pointe de ses pattes pour le trimbaler...

Jeune Dolomède fimbriatus à l'affût... Laspialade
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© 2003-2017-Christian Barbier -SOUS L’ŒIL DES VAUTOURS- tous droits réservés. Toutes les images de ce Site, sont protégées par les lois internationales sur les droits d'auteur. La copie totale ou partielle, ainsi que l'utilisation des photos est interdite sans autorisation écrite de l'auteur.