Le VERDON, la Mecque de l'escalade rocheuse. Falaises mythiques, les gorges du Verdon ne sont plus à présenter. Offrant des voies de plus de 350 mètres, le verdon coule paisiblement environ 800 mètres plus bas. Sensations garanties.

 

 

 Le nouveau Topo de Marc CHALIER & Gérard MONNERON

" Escalades dans le massif du SANCY".

 

 

 

 

 

 

 

 

 Les chemins de petite randonnée, cliquez sur le logo!

La RANCUNE, la Mecque de l'escalade Auvergnate. Une dent d'une centaine de mètres de hauteur, offrant des voies engagées et équipées pour la plupart à demeure. Cette falaise est la référence en Auvergne. Elle se situe en plein milieu de l'auge glaciaire de la vallée de Chaudefour, dans la Réserve Naturelle du même nom.  Elle offre des voies allant de la cotation 5C avec un pas de 6A, pour la voie normale, jusqu'aux cotations dépassant le 7C pour certaines, notamment pour celles situées en face Nord.

 

Cliquez sur le grimpeur au pull rouge!

 

Cliquez sur le tire-cul!

 Montagnes-coup-gueule-du-president-moutain-wilderness-contre-politique-laurent-wauquiez .

La Réserve Nationale Naturelle de la Jaquette. Cliquez sur la falaise!
 

"Bigleuse, mais redoutable!"

Dans le massif du Cantal, plus exactement sur l'Artense, cette année l'Argiope frelon, a colonisée les touradons en bordure des tremblants, sur la tourbière de la Pignole. L'Epeire rayée est en grand nombre cette année, contrairement aux années passées. L'Argiope fasciée, est une espèce Aranéomorphe, de la famille des Aranéidae.

cette araignée de grande taille, pratique le canibalisme sexuel en dévorant son mâle au demeurant, beaucoup plus petit, comme la majorité des araignées. Le mâle, après l'accouplement, se sépare souvent de ses attributs sexuels, ceci dans le but de ne pas servir de casse-croûte à sa belle. Il les abandonne donc, en lieu et place dans l'abdomen de la femelle , ce qui parfois lui permet de repartir, presque comme il est venu et empêchera un autre mâle de venir à son tour, faire ce pourquoi lui, y a laissé des "plumes".

 

Dès lors que cet accouplement a eu lieu, un peu plus tard et relativement rapidement, elle pondra de 200 à 400 oeufs qu'elle protégera dans un cocon fait de soies très solides et spéciales, qui permettront aux petits de passer l'hiver à l'abri des fortes gelées (ces oeufs  écloreront au printemps).

Comme toutes les Epeires, elle reconstruit tous les jours sa toile d'orbitèle, très tôt le matin, ou parfois  au crépuscule.

sa toile d'un diamètre d'environ 30 à 40 cm de diamètre, a la particularité de posséder une espèce de Zig-Zag, appelé STABILIMENTUM, sorte d'élément tissé, servant d'appât ou bien encore, de lien ayant  pour rôle, de rigidifier la toile. Cette particularité lui permet aussi d'éviter d'abimer trop sa toile, lors des capture de gros insectes, comme certaines sauterelles et bestioles vigoureuses.

Une autre particularité de cette araignée, est qu'il se trouve qu'elle est complètement "bigleuse", ce qui permet à l'observateur et photographe que je suis, de l'approcher au plus prêt, sans trop la déranger. Une condition quand-même, c'est que je ne touche pas sa toile, car si elle est pratiquement aveugle, elle a d'autres sens relativement développés, ce qui, à la moindre vibration ressentie, lui permettra de partir irrémédiablement se réfugier à l'abri, sur une tige d'herbe, hors de sa toile. A ce moment là, la séance photographique sera alors bien compromise, et pour longtemps.

Quand une sauterelle viendra se prendre au piège dans sa toile, elle bondira très promptement sur elle en une fraction de seconde et l'enroulera très rapidement  dans deux à trois tours de soie, afin de l'immobiliser, pour lui injecter derrière la tête deux à trois petites doses de venin dont elle a le secret.

Puis elle laissera sa proie sur place et se positionnera hors de sa toile. Après quelques minutes (2 à 3), elle reviendra sur sa victime et l'enveloppera comme un paquet cadeau, en lui donnant le coup de grâce, en injectant à plusieurs reprises des doses de venin, avec ses chélicères en plusieurs endroits derrière la tête.

 

Lors de certaines captures, la maitrise de la victime par l'araignée est tellement violente, que sa toile est pratiquement détruite sur une grande partie de sa surface, par les soubresauts de l'insecte capturé et les assauts répétés de l'Epeire. Ce n'est pas grave, l'araignée reconstruira sa toile plus tard, l'important étant de se nourrir avant tout.

Pour subvenir à ses besoins alimentaires, elle peut capturer jusqu'à quatre sauterelles de grande taille par jour.

Crédit photo, Stéphane BARBIER - Septembre 2017, ponte et confection de son cocon...
Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© 2003-2017-Christian Barbier -SOUS L’ŒIL DES VAUTOURS- tous droits réservés. Toutes les images de ce Site, sont protégées par les lois internationales sur les droits d'auteur. La copie totale ou partielle, ainsi que l'utilisation des photos est interdite sans autorisation écrite de l'auteur.